« Déjà vu » – balayons devant nos portes…

"Déjà vu" - balayons devant nos portes

J'aime Paris, j'y ai des amis…

C'est avec la grande tristesse que j'ai accueilli les évènements de ce vendredi 13 novembre. J'ai des pensées à toutes les personnes qui ont vu partir quelqu'un de leurs proches ce soir-là.

Le même scenario qu'il y a 10 mois… Sur les réseaux sociaux à la place des photos de profils Je suis Charlie, je vois l'invitation à mettre la photo de drapeau français. Non, merci, je décline l'offre. C'est une invitation de séparation, de nous limiter à un pays, une nation alors que nous sommes UN, nous sommes TOUT, nous sommes l'Humanité.

Je ne tiens absolument pas à nourrir à travers les versions officielles des médias tous ces actes de barbaries. Je ne désire pas à entrer dans le jeu et jouer la victime de nos propres violences intérieures. Tous ces actes sont là dans le seul but de justifier au peuple les guerres organisées. Connais-tu quelqu'un qui a déjà vaincu la violence avec de la violence ? Et puis, c'est peut-être juste pour détourner notre attention des vrais problèmes, qui sait ?

Rien ne se perd, tout se transforme

Que se passe-t-il dans la tête des gens juste à l'instant de l'annonce de l'attentat ? Quel est leur état d'être ? Nous entendons à la radio dans un flash spécial la voix tremblante d'une journalise qui balance la nouvelle. Nous allumons la télé pour y voir les images, pour y témoigner par soi-même au plus vite l'évènement. Que vivons-nous à ce moment-là ? La tristesse ? La colère, la haine, la soif de vengeance…? Peut-être de la peur, de la terreur ? Nous nous identifions à ces évènements, malgré nous…

Des milliers de personnes pensent et vibrent les mêmes émotions que toi, le même espace- temps, le même moment, le même endroit.

Sais-tu ce qui se passe à ce moment-là ? As-tu déjà réfléchi où peuvent aller toutes ces émotions ? C'est juste "au-dessus de ta tête". Une énorme masse de colère et de haine. Certains appellent cela la conscience universelle, d'autres un collectif de conscience, encore d'autres un espace des variantes… Ils parlent tous de la même chose.

Il existe des lois dans l'univers qui nous démontrent que tout ce que nous faisons, chaque acte, chaque pensée, aura un effet concret dans notre monde matériel. L'énergie que nous envoyons nous revient toujours. Quel sera alors son effet quand des milliers de personnes pensent dans la même direction en vibrant les émotions de la haine ? Elles doivent, forcément, se matérialiser quelque part.

As-tu déjà pensé que ce sont peut-être les mêmes émotions qui sont à la base de ces actes de barbaries ? Qu'il est possible que notre violence intérieure s'exprime à l'extérieur à travers de tels actes ? Que nous sommes peut-être la source de ce genre d'évènements ? Inconcevable ? C'est toujours indirectement et inconsciemment que nous nourrissons ce qui a contribué à ces actes de violence – la colère et la haine. Les "terroristes" quant à eux, sont aussi manipulés et nous ne saurons probablement jamais de quelles manières…

Toutes ces colères cachées contre ton voisin, contre les conducteurs imprudents sur le chemin vers ton travail, contre nos propres enfants, parfois même, se matérialisent quelque part dans le monde lointain ou plus proche de toi. Afrique, Palestine, Beyrouth, Paris… Qu'est ce qui change si cela se passe à Beyrouth ou juste à côté de chez nous ?  Plus c'est proche, plus nous sommes touchés. C'est justement cette proximité qui rend un événement plus réel et plus important. L'Humain a besoin d'être touché dans son Humanité pour comprendre que le monde autour a besoin de bienveillance et de l'empathie, et non de la colère.

Quel est le sens de la barbarie ? Peut-être pour nous rapprocher les uns des autres ?

Nombreux d'entre nous ont vu et expérimenté l'impact direct de la méditation mondiale sur la diminution du crime et de la violence. Pendant que des milliers de personnes méditaient, les actes de violence dans le monde ont diminué très fortement. Nos belles pensées ont un impact positif aussi sur ce qui ce passe sur la terre entière. Où sont-elles alors ? Au même endroit que la colère et haine – dans la conscience universelle.

Sois le changement que tu veux voir dans le monde

Tu as déjà certainement entendu dire que nous sommes tous connectés les uns aux autres. Comment cela ? Et bien tout être humain est un émetteur/récepteur et les vibrations que nous émanons vont être accumulées dans cette conscience universelle ou le collectif de conscience. Puisque tout ce que nous émanons s'accumule dans cet espace, il est donc logique que tout ce que nous recevons vient de là aussi. Je ne reçois pas seulement ce que j'ai envoyé mais aussi ce que les autres envoient…    

Durant ces moments difficiles qui nous traversent il ne s'agit donc pas d'envoyer des pensées d'amour ou d'aimer celui qui nous fait du mal. Je t'invite, je nous invite de diriger cet amour vers soi-même. Agir sur soi, soigner notre propre intérieur, notre âme plutôt que de tenter changer l'autre ou soigner les blessures par les armes. Faire taire la haine et la colère dans notre corps, c'est faire taire la violence qui nous touche tous.

Je t'invite juste à te poser la question – en tant qu'Humain responsable – De quelles manières j'ai pu vibrer et envoyer cette violence au monde ? De quelles manières je peux donc vibrer de ce que je veux voir à la place de la violence au monde ?

Cette conscience, cette force universelle est au service de l’Homme et à la portée de nous tous. Je peux donc parler ici de la loi universelle qui nous est présentée communément telle un jeu de miroirs – ce que nous attirons à nous est fonction de qui nous sommes. Cela veut dire que notre environnement extérieur est le reflet de notre intérieur.

Et donc ces vérités terrifiantes que nous vivons dans les méandres de notre quotidien, ces vérités que dans la résonnance de nos miroirs nous appelons à nous, exigent d’avoir le courage de tout remettre en question dans notre vie aujourd'hui. Ne nous réfugions pas derrière des actes de barbarie en riposte à un acte de barbarie, et espérer vivre une vie de paix. C’est dans le miroir de ces situations que l'Humain se déconnecte de son Humanité.

Quels que soient les mots, les émotions qui nous traversent, ce que l’autre nous renvoie est toujours un message destiné à agiter cette boue qui camoufle le vrai sens de l'Humain. Nous avons la chance extraordinaire de nous libérer de nos émotions accumulées, de faire tomber nos masques de rôles artificiels et la peur qui nous anime…

Nous avons toujours le choix. Toujours. Nous avons le choix de demeurer dans la conscience de peur et de terreur…ou bien d'avancer et prendre la responsabilité de la Vie que nous avons le pouvoir de créer.

Lachto Drom…

Je t'invite à lire l'article que j'ai écrit il y a un moment déjà…

 

Ce contenu a été publié dans + Articles qui ouvrent l'esprit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à « Déjà vu » – balayons devant nos portes…

  1. Bonjour Agnieszka !

    Je t’ai répondu longuement sur Facebook. Mais je tâcherai de le faire sur ton blog à l’avenir si un autre article m’interpelle. J’ai en tout cas mis ton blog dans mes sites favoris sur mon propre blog en français (un autre en anglais est en préparation).

    Je rédige actuellement un article qui pourrait sembler l’antithèse de celui-ci puisque je reviens au bénéfice du sentiment d’appartenance nationale (et non pas nationaliste). Mon com’ sur FB t’en dira plus : je perçois le sentiment d’attachement à un pays précis comme sain et comme l’expression d’une gratitude envers la Terre. Vivre, naître dans un pays = l’ici et maintenant nourricier.

    La seule chose qui importe, c’est de ne pas développer un détachement intérieur vis à vis des autres pays et peuples du globe. C’est d’éviter le développement d’un égrégore de différenciation artificielle en lieu et place de la différenciation imposée par la vie et la planète. En gros, dehors la politique mal conduite, et bonjour à la culture et à la nature !

Laisser un commentaire